Le renard était déjà le chasseur – Herta Müller

Parfois, il m’arrive d’avoir envie de lire quelque chose de différent, de faire une nouvelle expérience, de me laisser prendre la main et d’aller en toute confiance à la rencontre d’un réel projet artistique. Quand j’ai aperçu la mention « Prix Nobel de Littérature » sur la couverture du roman de Herta Müller – et après un coup d’œil sur la quatrième de couverture – j’ai fait le pari d’une expérience intéressante… Et je n’ai pas été déçue !

La banlieue était accrochée à la ville par des fils, des tuyaux, et par un pont sans fleuve. La banlieue était ouverte aux deux bouts, comme les murs, les chemins et les arbres. À un bout de la banlieue, les tramways de la ville murmuraient et les usines soufflaient leur fumée sur le pont sans fleuve. Le murmure du tramway d’en bas et la fumée d’en haut étaient parfois la même chose. L’autre bout de la banlieue était mangé par le champ qui fuyait au loin avec ses feuilles de betterave ; des murs blancs étincelaient au fond. Ils étaient grands comme la main, il y avait un village là-bas. Des moutons étaient accrochés entre le village et le pont sans fleuve. Ils ne mangeaient pas de feuilles de betterave, l’herbe poussait sur le chemin au bord du champ et ils mangeaient le chemin avant la fin de l’été. Ensuite, ils restaient devant la ville et léchaient les murs de l’usine.

Voici un extrait des premières pages du roman ; surprenant, n’est-ce pas ? Herta Müller pose directement un style de langage très personnel, à la fois poétique et descriptif, mais aussi très efficace dans l’action. Par exemple, la mise à distance de la violence par ce regard distant des personnages est une façon très efficace de renforcer, par la sensation, la difficulté de certaines situations qu’il.elle.s vivent. Il se dégage de cette écriture une atmosphère unique, qui m’a tout à fait emportée. Comme l’indiquait le jury du Prix Nobel de Littérature en 2009, Herta Müller écrit et « avec la concentration de la poésie et la franchise de la prose, dépeint le paysage des dépossédés »[1].

Mais je ne vous ai pas encore dit de quoi parlait le roman… L’action se déroule en Roumanie, à la fin de la dictature de Ceaușescu, quelque part dans les années 1980. L’héroïne, Adina, tente de survivre tant bien que mal dans le contexte de dictature et de privation constante (nourriture, électricité, contacts avec l’extérieur). Elle n’a guère confiance en l’avenir, la seule chose pour elle et les personnes qui l’entourent semble être la survie. L’on avance, avec elle, de jour en jour, et l’on suit le rythme lent d’une vie qui n’a pas de perspectives. Certains indices laissent penser qu’une tragédie se profile, inéluctable…

L’évocation de la période de ce roman est très sombre, mais aussi très poétique. Au début, j’ai ressenti presque un « exotisme », à la façon de scruter l’atmosphère de la période… Mais Herta Müller ne se contente pas de décrire, elle installe aussi une intrigue qui, à travers un rythme qui se précipite au fur et à mesure qu’on avance dans la lecture, m’a vraiment intéressée. Concrètement, plus j’avançais dans le roman, et plus j’avais envie de tourner rapidement les pages et d’en savoir plus !

En conclusion, je vous recommande chaudement Le renard était déjà le chasseur. Il s’agit pour moi du roman bien construit d’une autrice au style originale, atypique, personnel. Ce type de romans m’a rappelée l’intérêt de constituer des panels d’écrits importants (à travers une reconnaissance comme le Prix Nobel, ou d’autres mécanismes), car certains auteurs et certaines autrices parviennent réellement à sortir du lot et à marquer leur époque.

Claire

Édition utilisée : MULLER Herta, Le renard était déjà le chasseur, 1992. Pour mon édition française : 2009, Editions Points, Paris, traduit de l’allemand par Claire de Oliveira.


[1] https://www.nobelprize.org/prizes/literature/2009/summary/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s