Danse avec les loups – Michael Blake

J’ai lu pour la première fois Danse avec les loups quand j’étais enfant, et j’en avais gardé un si bon souvenir que j’ai eu envie de le relire cet automne. Bingo ! Danse avec les loups m’a passionnée comme la première fois ! Il ne s’agit pas à proprement parler d’un livre à destination des enfants, plutôt d’un livre écrit pour des adultes, mais qui peut aussi être abordé par des jeunes…

1863, les Grandes Plaines (Etats-Unis)… John Dunbar, sergent de l’armée confédérée, est envoyé sur la frontière ouest du pays, au Fort Sedgwick, dernier rempart américain avant le territoire indien, sauvage… Alors qu’il croyait le fort occupé, Dunbar constate, à son arrivée, qu’il est seul… Le militaire choisit alors de rester sur place pour réparer le fort et guetter les ennemis indiens. Sa vie solitaire n’est troublée que par la présence de voisins inattendus: un vieux loup puis, de semaine en semaine, des Comanches… Alors que des relations amicales se tissent avec ces Indiens que Dunbar apprend à connaitre, la probabilité que l’armée le rejoigne au fort se fait de plus en plus faible…

Danse avec les loups est un vrai, bon, roman divertissant. Lors de ce voyage dans les plaines de Dunbar, ce soldat blanc qui s’ouvre à la culture indienne, l’intrigue garde le lecteur intéressé de bout en bout. Les personnages sont attachants et pas caricaturaux. Dans ce western, les Indiens ont la première place et, avec Dunbar, l’on découvre tout un nouveau peuple. Le thème de l’inconnu et de l’incompréhension est très présent dans le roman, entre ces deux peuples qui font face à une altérité totale et irréductible. L’auteur prend néanmoins clairement cause pour les Comanches : quelques passages où s’illustre la barbarie de l’homme blanc de ce temps-là font froid dans le dos, d’autant que l’on sait dans le camp de qui l’Histoire a joué…

Danse avec les loups, ça a déjà 30 ans mais, pour moi, ça a le potentiel de devenir un classique de la littérature américaine…

 

SI vous êtes cinéphile, vous connaissez certainement l’adaptation filmique de et avec Kevin Costner (1990), qui a été très oscarisée… Je ne peux que vous la recommander!

Édition utilisée : BLAKE Michael, Danse avec les loups, 1988. Pour mon édition française : 1992, Castor Poche Flammarion, Paris, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Gilles Bergal.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s