Le Cercle – Dave Eggers

Ce roman pourrait être le futur ; certains l’appellent le 1984 de notre génération. Dave Eggers dresse avec talent le portrait d’une société à un carrefour de son évolution, aux prises avec les questions éthiques posées par les nouvelles technologies.

Mae est une nouvelle recrue du Cercle, une entreprise de communication type Google, qui innove dans des domaines variés des nouvelles technologies, tout en ayant une activité philanthropique importante. Dans les premières pages, le lecteur partage l’enthousiasme de Mae quant au Cercle : une entreprise qui applique le « human management », qui donne une place importante à l’avis et à la contribution de ses employés, qui met à leur disposition des centres sportifs, des lieux de détente, des chambres… On croit rêver. Mais très vite, le lecteur, contrairement à Mae, déchante : au Cercle, la valeur maîtresse, sous couvert de notions telles que la transparence, l’utilité et la certitude, est le contrôle. Quand la charge de travail que Mae doit gérer devient si énorme (charge de travail symbolisée par les écrans qu’on lui ajoute au jour le jour à son poste de travail) qu’elle ne dort plus que quelques heures par nuit, le lecteur s’alarme : pourquoi tout ce contrôle ? L’être humain a-t-il réellement la capacité de tout savoir ? Doit-il être si impliqué dans son travail, qu’on a remodelé en « art de vie », que tout moment d’intimité ou d’absence est pénalisable ?

Le génie de Dave Eggers est d’évoquer non seulement le « côté obscur » des nouvelles technologies et l’utilisation néfaste qu’on pourrait en faire, mais également ses bons côtés. Oui, avec des caméras partout et des puces dans le corps, les enlèvements d’enfants diminueraient probablement drastiquement, pour cause d’une répression immédiate. Dans une société où ce qui compte est le but, et non le moyen, pas étonnant que la majorité trouve les inventions du Cercle fantastiques. Mais il est impossible au lecteur d’oublier que, sous prétexte d’idéaux nobles tels que le développement personnel (à travers la sociabilité, le développement intellectuel, les responsabilités au travail), Mae semble devenir une sorte d’ordinateur à qui on demande trop pour son… Humanité ? Que deviendrait l’Homme s’il savait tout de lui-même et de ses congénères ? Si se généralisait le contrôle partout et par tous ?

Au-delà du thème et des fascinantes questions développées dans le livre, et bien que l’intrigue soit menée avec rythme et vraisemblance, j’ai déploré quelques « ficelles » d’écriture énormes, et des métaphores trop évidentes, qui m’ont un peu gâché certains rebondissements, trop prévisibles. Néanmoins, c’est un faible point négatif, car Le Cercle est un roman passionnant, qui se lit d’un bout à l’autre sans s’interrompre en interpellant le lecteur sur un bon nombre de problématiques complètement actuelles. Dave Eggers a produit un bon roman ! Emmenez ce livre avec vous, faites-le lire à vos amis fans de Facebook et, bien plus important, à vos enfants !

Alors, permettriez-vous qu’on installe des caméras auxquelles tout un chacun aurait accès dans votre entreprise ou dans votre rue ? Si oui, où fixeriez-vous votre seuil de tolérance ? Toléreriez-vous des caméras dans votre maison ? Au cou de vos hommes politiques, de vos enfants, de votre conjoint soupçonné d’infidélité ? Au vôtre ?

Dans deux semaines, je vous proposerai une petite visite dans un pays ensoleillé, pris entre passé éternel et présent compromis: la Grèce

12 Eggers

Édition utilisée : EGGERS, D., Le Cercle, 2013. Pour l’édition française : 2016, éditions Gallimard, Paris, coll. Du monde entier, traduit de l’anglais (États-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s