Plateformes – Michel Houellebecq

Je n’aime pas Michel Houellebecq.

D’abord, j’ai horreur qu’on secoue son zguèg devant ma figure en permanence, et c’est ce que ses personnages font. Je sais – JE SAIS ! – que le sexe est un phénomène important dans une vie humaine, c’est assez évident pour tout le monde ; et me farcir les interminables scènes de cul dans les bouquins de Houellebecq, pour moi, c’est comme lire du Freud : on sait que ça existe et l’importance que ça a, mais ça lasse, ça agace et on finit par s’interroger bien plus sur l’auteur lui-même que sur son travail (malheureusement…)

Deuxième problème : l’écriture de Houellebecq elle-même. Ses phrases me font toujours l’effet de lire le compte-rendu d’un fonctionnaire pas très enthousiaste (comme le sont souvent ses personnages).

Je me réveillai vers midi, la climatisation émettait un bourdonnement grave ; j’avais un peu moins mal à la tête. Allongé en travers du lit king size je pris conscience du déroulement du circuit, et de ses enjeux. Le groupe jusqu’alors informe allait se métamorphoser en communauté vivante ; dès cet après-midi je devrai entamer un positionnement, et déjà choisir un short pour la promenade sur les klongs. J’optai pour un modèle mi-long, en toile bleu jean, pas trop moulant, que je complétai par un tee-shirt « Radiohead » ; puis je fourrai quelques affaires dans un sac à dos.

Après une discussion vive avec un ami qui prétendait que, justement, le but recherché par la prose de Houellebecq était de provoquer une réaction de dégoût, voire de désintérêt face à ses personnages – discussion qui ne m’a pas convaincue – je peux néanmoins tenter de reconnaître qu’il s’agit là d’une hypothèse plausible. Plausible, mais pas plaisante. Et face à un auteur qui torchonne les mêmes phrases depuis vingt ans, je ne dirai qu’une chose : jusque maintenant, prétexte ou raison authentique, voulue, justifiée (et cætera), Houllebecq ne m’a pas encore prouvé qu’il sait écrire.

Une fois ces points préliminaires bien établis, je peux enfin passer à l’appréciation du livre en lui-même. Oui, il a quelques qualités. Le thème choisi – le tourisme de masse de l’Occident, et plus précisément le phénomène du tourisme sexuel dans le monde – est plutôt intéressant. Le ton et la manière d’aborder ce thème, ni criarde ni plaintive (« l’esclavagisme humain en Thaïlande c’est mâââaaal… »), renforce l’intérêt du livre – mais malheureusement, selon moi, tombe dans l’indifférence et le désintérêt complet. Michel, le héros, est un personnage moyen avec une opinion moyenne, voire qu’il rechigne à donner. En fin de compte, en voulant dépeindre certaines dérives de la globalisation, Houellebecq tape peut-être dans le mille (involontairement ?) en décrivant, pendant 350 pages, à tort et à travers, l’engluement du nouveau monde globalisé : les démunis veulent ce que les nantis ont, les nantis ne veulent plus grand-chose et s’en foutent…  Un livre à lire, pourquoi pas, pour se faire une idée du style Houellebecq (vingt ans qu’il écrit la même chose…) mais dont on ressort fatigué par tant de désarroi et de lassitude étalés.

Et vous, que pensez-vous de Michel Houellebecq ?

 

Édition utilisée : HOUELLEBECQ, M., Plateforme, 2001, Éditions Flammarion (Madrigall), Paris

3 réflexions sur “Plateformes – Michel Houellebecq

  1. En fait je lis et entends tellement de mal sur cet auteur, que je n’ai aucune envie de le découvrir par moi-même. Je sais que c’est un peu bête car parfois il faut se forger sa propre opinion. Mais il y a suffisamment d’autres auteurs qui m’attirent, et trop peu de temps pour lire des choses qui me ravissent, pour en perdre avec des ouvrages qui, je le sais, ne me plairont pas. 🙂

    J'aime

    • Comme tu le dis bien dans la première moitié de ton commentaire, pour moi, il est essentiel de ne critiquer que ce que je connais 😉 Question d’honnêteté intellectuelle! Au moins, ma critique t’aura peut-être aidée à comprendre, loin du lynchage aveugle, pourquoi cet auteur déplait… Mais j’aime beaucoup ta position, de ne pas perdre ton temps avec des livres qui, tu en es certaine, ne te plairont pas! Et que lis-tu actuellement? 🙂

      Aimé par 1 personne

      • En ce moment j’ai 2 livres en cours, Les Chroniques d’un Croque-Mort pour le côté humour (si si) et un Thriller qui s’appelle Partir de (j’ai oublié son prénom) Seskis. 🙂 et toi ? 🙂

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s