Beloved – Toni Morrison

Toni Morrison, c’est quelqu’un ! Écrivaine sensible au passé comme à l’actualité, mais aussi écrivaine brillante dans son écriture élégante, précise et forte, écrivaine d’ailleurs reconnue comme exceptionnelle dans et par le milieu littéraire (elle a reçu le Prix Nobel de littérature en 1993, elle « qui dans ses romans, caractérisés par une force visionnaire et une portée poétique, donne vie à un aspect essentiel de la réalité américaine »), je ne cesse de m’étonner  que son nom ne soit pas plus familier qu’un autre au public européen. Et pourtant, il aura fallu un voyage d’étude à Montréal pour que je découvre moi-même sa prose riche et pénétrante.

Le décor de Beloved est planté au XIXe siècle, dans le nord des États-Unis. Sethe, une ancienne esclave enfuie de sa plantation du sud y vit avec ses deux filles dans une maison maudite – car si l’une des filles est vivante, l’autre est morte, un bébé fantôme dévorée de colère, bien décidé à ne jamais laisser sa mère coupable en paix. À travers ces trois femmes, leur errance, c’est le désespoir de tout un peuple que le lecteur parcourt, le désespoir et la froide résolution de n’avoir que sa vie à abandonner pour reconquérir ultimement liberté et dignité humaine.

Je suis Beloved et elle est à moi […]

Tout est maintenant    c’est toujours maintenant                  jamais ne viendra le temps où je ne suis pas recroquevillée à en regarder d’autres qui sont recroquevillés aussi           Je suis toujours recroquevillée                       l’homme sur ma figure est mort         son visage n’est pas le mien   sa bouche sent bon mais ses yeux sont verrouillés

En tant que lectrice et personne, Toni Morrison ne me laisse pas en paix, et je crois qu’elle ne désire laisser personne en paix. Dans tous ses livres, qui abordent l’histoire des Noirs Américains, ses personnages regardent le lecteur en face en lui posant question sur question : quel est le prix de la liberté ? La mort vaut-elle mieux que l’esclavage ? Comment peut-on décider qu’un être humain est un animal ? Comment survivre aux conséquences de nos actes ? Quelle est notre responsabilité d’être humain ?

Beloved est, à mon sens, le plus bel exemple de roman sur l’esclavage, car il ne décrit pas l’esclavage au lecteur. Il prend le lecteur aux tripes et lui impose de regarder, avec fermeté mais sans haine. L’être humain survit, transcende, exorcise mais c’est « une histoire qui ne peut être oubliée ».

Et vous, avez-vous déjà lu Toni Morrison?

01 Toni Morrison

SI vous voulez voir l’adaptation filmique de Beloved : Beloved, réalisé par Jonathan Demme, 1998

SI vous voulez lire d’autres romans de Toni Morrison : Sula (1973), Jazz (1992), Home (2012)

SI vous vous intéressez à ce qu’elle-même dit de sa vie et de son œuvre : lisez son essai (vraiment intéressant !) Playing in the dark (ce titre est demeuré même dans la version française)

SI vous voulez savoir ce que l’Académie suédoise pense de Toni Morrison (au-delà du fait évident qu’elle est une grande auteur), voici le lien du discours prononcé lors de la remise de son prix Nobel : http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/literature/laureates/1993/presentation-speech.html

Édition utilisée : MORRISON, T., Beloved, 1987. Pour l’édition française : 1989, Christian Bourgeois Éditeur, Paris, coll. Domaine étranger, traduit de l’américain par Hortense Chabrier et Sylviane Rué

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s